« Alors, pas trop dégoûtée d’être rentrée ? »

18314763-54B9-4CBD-BC77-39602BA32637

“Alors pas trop dégoûtée d’être rentrée ?”
Soit la phrase que j’entends / lis le plus depuis un mois. 

Comment pourrais-je être dégoûtée ? 

J’ai passé 11 mois en voyage. 11 mois à vivre au jour le jour, choisir ce que je faisais de mes journées sans aucune obligation ; personne pour me dire quoi faire, quand le faire et comment le faire.
J’ai visité, arpenté des villes, chillé dans un lit, rencontré des gens incroyables ou choisi de rester seule. J’ai aussi porté mon sac à dos, me suis perdue, j’ai tapé des heures et des heures de train / de bus / de voiture, j’ai vécu à distance les moments importants de mon “ancienne” vie. 

J’ai vécu la plus belle année de ma vie, alors que j’ai été loin de mes amis et de ma famille, que je ne gagnais pas d’argent, que je ne me réalisais pas professionnellement et que j’étais seule.  

Pourquoi ?
Parce que je l’ai choisi. 

As-tu le sentiment de choisir beaucoup de choses dans ta vie actuellement ?
Perso, ça faisait quelques temps que j’avais l’impression plutôt de subir que de choisir. L’impression de suivre un chemin facile, tracé, mais sans surprise. L’impression d’avoir fait le tour de ma ville, de faire toujours les mêmes choses, de ne pas avoir de challenge, de liberté ou de stimulation. Une relation amoureuse qui ne me rendait pas heureuse, un boulot qui ne me satisfaisait plus, une ville qui ne me faisait plus vibrer, une routine qui m’étouffait. 

J’étais heureuse mais je voulais plus.
J’étais bien ici mais je rêvais d’ailleurs

Un sentiment indéfinissable, au delà d’une intuition ou d’un rêve. Juste une vérité au fond de moi ; il faut que je parte. 

Est-ce que j’ai eu peur de laisser mes amis et ma famille ? Un travail que j’avais depuis 5 ans ? Mon mec ? Ma ville que je connaissais par coeur ? Tous mes biens matériels ?

J’ai un aveu à te faire ; j’étais terrorisée.
Mais je n’ai pas réfléchi une seule seconde.
Je n’ai pas hésité une seule seconde. 

Malgré tout ça.
Malgré le petit schéma bien tracé “petit appart, bon taff, argent, mec, amis”. 

Rien ne valait la liberté. Le sentiment que je devais en passer par là, que je devais partir. Pas pour me vanter d’être partie, pas pour publier des photos sur Insta (ok je l’ai fait, beaucoup), pas pour rajouter une ligne sur mon CV. 

Non, pour moi. 

Parce qu’il était hors de question que j’ai alimenté ce rêve pendant des années et que je passe à côté.

 J’ai eu la chance d’être ultra soutenue par tout le monde. Je pense que tu n’as pas idée à quel point ça m’a touchée. C’était assez incroyable. Tous mes amis, ma famille. Même mon gars à qui j’ai balancé un peu du jour au lendemain “je pars vivre au Canada pendant un an, salut !”.
Personne ne m’a retenue ou essayé de me dissuader. Était-ce parce qu’ils savaient depuis longtemps que j’avais ça au fond de moi ? Ou parce qu’ils pensaient que je finirai par renoncer ?
Et si c’était juste simplement de l’amour pur, de dire à quelqu’un “je t’aime, tu es ma fille / ma soeur / mon amour / mon amie, je n’ai pas envie de vivre sans toi mais je sens que tu en as besoin, alors pars”.
Merci à tous… 

Aujourd’hui, j’ai le sentiment d’avoir été plus que chanceuse.
Chanceuse d’avoir eu ce visa, d’avoir réussi à tout planifier sans problème, d’avoir eu les moyens financiers de partir, d’avoir eu une aventure parfaite, sans aucun accroc et des surprises juste merveilleuses. 

Peut-être que je suis chanceuse, peut-être que j’attire le positif ou peut-être que je choisis de voir les choses avec ce filtre-là.

Je n’ai pas de mot pour exprimer tout ce qui s’est passé pour moi cette année, à quel point j’ai pu évoluer et grandir. J’ai essayé de transmettre un peu de tout ça dans le blog mais forcément ce n’est pas pareil. La vie m’a sacrément gâtée cette dernière année et je suis reconnaissante de tout ça à un point qu’il est difficile d’imaginer. 

Depuis un mois je suis là.
Je suis revenue pour surprendre tous mes proches ; ma famille et mes amis avec un retour prématuré. J’en rêvais depuis des mois de ces moments de joie intense.
J’ai passé de nombreux moments avec mes amis et ma famille ces derniers temps. De nombreuses journées dans ma région, à (re)-découvrir les terres où j’ai grandi.
Tout est pareil et différent à la fois.

Aujourd’hui je reviens et je n’ai plus grand chose. 

En 11 mois je n’ai plus d’appart, plus de mec, plus de travail et moins d’argent. On est loin de la stabilité dont nos parents rêvent pour nous et du schéma que la société nous pousse à suivre. 

Et tu sais quoi ?
Je m’en balance. 

Je n’ai jamais été aussi heureuse de ma vie et convaincue d’être là où je dois être à cet instant.
Il y a un an il m’était inconcevable de ne pas avoir de logement, pas de “statut social”. Aujourd’hui je me rends bien compte que ce n’est absolument pas ça qui me rendra heureuse. 

Je ne subis pas mon retour car je l’ai choisi. 

J’ai choisi de ne partir qu’un an alors que j’ai un visa de deux ans. J’ai choisi de revenir 1 mois avant la reprise théorique de mon emploi. J’ai choisi de ne pas continuer le voyage alors que j’ai encore de l’argent et aucune contrainte.
Dans ma tête c’était acté. Je ne partais pas m’expatrier au Canada mais y voyager un an. Il n’y avait rien de définitif, mon retour était prévu, acté et choisi. Je ne peux pas le subir vu que la décision m’appartient entièrement.

 

Alors, je ne sais absolument pas de quoi seront faits les prochains mois.
Et je m’en fiche.
Je n’ai plus peur. 

Je sais que si j’ai réussi à traverser le Canada seule, je dois pouvoir réussir à me débrouiller dans ma ville sans travail mais entourée des miens.
Je ne ressens plus de pression. 
J’ai goûté cette année à la liberté et ça a été le plus beau cadeau que je me sois jamais fait. 

J’ai le goût de la liberté de choisir ce que je veux faire de ma vie. 

C’est sûrement une réflexion de génération Y mais je veux une vie fantastique. Et cette année fut fantastique. Je ne veux pas que le rêve s’arrête et je n’aurai plus peur de refuser ou d’arrêter quelque chose qui ne me convient plus ou qui ne me rend plus heureuse. 

Alors, si toi tu me lis depuis le début du blog, si tu me connais ou non, si tu rêves de voyage ou que tu en reviens. Tu sais de quoi je parle.
Comme le marin qui est attiré par la mer.
Je sais que je repartirai.
Pas au Canada.
Pas de suite mais je repartirai.
C’était trop beau pour s’arrêter là… 

 

Et si maintenant quand tu rencontres quelqu’un, avant de le questionner sur son métier, de savoir s’il a des enfants, s’il est propriétaire ou quelle est la couleur de sa voiture,  si tu lui demandais juste s’il est heureux ? 

Derniers jours en Islande

Du 20 au 23 juillet

On finit ensemble ce voyage en Islande, mais d’abord, laisse moi un peu te parler de ce pays très singulier.

En constante évolution sur le plan géologique, l’Islande offre des paysages splendides et irréels, du jamais vu en quelque sorte. Considéré comme un des territoires les plus jeunes (20 millions d’années « seulement »), mais aussi l’un des plus instables ; de nombreux volcans sont encore actifs ou en sommeil. Les éruptions sont fréquentes et dangereuses.
L’Islande c’est aussi des cascades, des geysers, des glaciers, des parcs naturels (celui de Snaefellsjokull est tout de même le plus grand d’Europe), des sources d’eau chaude. La calotte glaciaire recouvre 11% de l’île (dont 8% (soit la taille de la Corse) juste avec le Vatnajokull !).
L’Islande a été déforesté (ça m’a tellement choquée ces étendues sans arbre quand j’ai débarqué) il y a de nombreuses années afin de faciliter le peuplement et l’élevage. Des campagnes de reforestation commencent à voir le jour.

Au niveau des animaux ; les moutons, vaches, chevaux et macareux sont nombreux. Récemment encore 60% de la population des macareux se reproduisaient en Islande (ils ont le même terrier et le même partenaire toute leur vie (que certains prennent note haha)) mais la population diminue fortement ces dernières années en partie à cause du réchauffement climatique et de la chasse. Les chevaux ici ont 5 allures au lieu des 3 de nos chevaux Européens.

C’est le pays des aurores boréales en hiver et de la nuit éternelle aussi vu que le soleil ne se lève pas pendant 6 mois puis ne se couche plus pendant les 6 autres mois de l’année.

L’Islande c’est une île en plein essor ; le boom touristique s’est produit en 2010 après l’éruption du volcan Eyjafjallajokull (les gens « mais y’a un truc entre le Canada et l’Europe ?) et leur fameux clapping de l’Euro 2016, mais aussi le fait que des scènes de GOT aient été tournées ici. Depuis 2010 c’est carrément 270% de touristes supplémentaires que l’île accueille ! Quasiment 2 millions de personnes par an viennent découvrir ses richesses, alors que les Islandais ne sont que 330 000 à peupler l’île (à tel point qu’une application existe pour vérifier les risques de consanguinité quand on fait une rencontre amoureuse (j’aurai dû rester, sang neuf exotique !)) (et y’a 500 000 moutons !). L’Islande vit en grande partie du tourisme (31% de ses revenus).

Malheureusement ce tourisme de masse met à mal le pays au niveau de la pression immobilière sur Reykjavik et au niveau de l’écologie. Un système de quotas de voyageurs est du coup en pour parler.

Le pays est aussi très plébiscité pour ses énergies géothermiques et hydrauliques ; il produit 100% de son énergie en mode renouvelable. Le pays produit même plus d’électricité par habitant que tout autre pays au monde (ok ils sont pas nombreux mais quand même).

Au niveau historique ; les premiers habitants furent des moines Irlandais, chassés par l’arrivée des Vikings Norvégiens et Suédois. A partir du 14ème siècle, le Danemark contrôle l’Islande, ce qui ne va pas trop plaire aux Islandais. Peu de temps après, la peste noire s’abat sur l’île et dissémine la moitié de la population ! Quelques 300 ans plus tard, le volcan Laki se met en éruption et tue 25% de la population et 50% du bétail. L’Islande redevient autonome en 1855 mais la misère est tellement forte qu’une grande partie des habitants immigrent aux Etats-Unis. Ce n’est qu’en 1944 que l’indépendance totale est signée (genre y’avait pas plus important à faire en 44, te jure !). En 1980, les Islandais élisent une femme comme Présidente ; première mondiale ! Ils auront aussi le premier Premier Ministre ouvertement homosexuel ; l’Islande est un pays d’ouverture et de tolérance :).

La devise des Islandais c’est « tout finit par s’arranger » (ça pourrait être la mienne tiens). La plupart d’entre eux (1/3 en fait) vivent près de la capitale. Jusqu’en 1988, le pays n’avait qu’une seule chaîne de télévision, qui ne diffusait pas le jeudi pour que la population ait des activités plus constructives (si clairvoyants déjà à cette époque). On dit que beaucoup d’enfants ont été conçus un jeudi (on est dans le constructif de manière très concrète là !). En Islande, 78% des femmes travaillent, ce qui en fait le taux le plus élevé du monde occidental. Le pays est en tête depuis 8 ans dans l’égalité hommes – femmes. Les Islandais n’ont pratiquement pas (10% de la population seulement) de nom de famille ; ils portent leur prénom suivi du prénom du père. Il est interdit de changer de nom, même en cas de mariage. Une liste officielle des prénoms existe et il est interdit d’en sortir (il faut que le nom ait une consonance islandaise et qui n’entre pas en conflit avec la structure linguistique islandaise).
Les études sur l’ADN des Islandais, révèle une forte proportion de sang celtique, ce qui suggère des mélanges entre les colons vikings et leurs esclaves irlandais et britanniques.
La moitié des Islandais croient encore beaucoup au peuple caché ; elfes, gnomes, fées, nains et anges. De nombreuses histoires existent, souvent teintées de morale afin d’inculquer des règles de vie en société ou de dissuader les enfants de faire certaines actions (« le livre du peuple caché » est très sympa à lire).


Après ma nuit à Selfoss, je suis partie visiter les curiosités islandaises de l’Ouest, région très touristique appelée « Cercle d’Or ».

IMG_5294

Premier arrêt au lac Kleifarvatn, situé dans une fissure volcanique, entouré de falaises de lave et de sable noir. Une légende dit que le cousin de Ness, mais en mode ver de terre cette fois, vit dans le lac. Pauvret, ça doit pas être facile car le lac a rétrécit grandement depuis 2000 suite à deux séismes.

IMG_5290

Je poursuis ma route jusqu’aux falaises de Valahnukur qui est un des endroits les plus sauvages de la péninsule. De nombreux oiseaux se nichent dans les aspérités des falaises, endroit stratégique pour pêcher. L’eau est claire comme en Corse (et froide comme en Islande, calmons nous !).

596AB21D-59C4-4598-B4A2-9C491A2D4421.jpg

La région est une succession de paysages volcaniques sauvages et un endroit stratégique dans l’énergie géothermique. En effet, de nombreuses centrales sont implantées dans la région, en raison de l’activité de sol importante.

IMG_5415.JPG

Un peu plus loin, j’arrive sur le site de Gunnhver, qui est une zone géothermique multicolore. C’est simple, partout où tu regardes au sol, ça fume. Tu sens qu’il faut pas poser ton pied quoi (il y a un chemin en bois). De partout de la vapeur d’eau sort de la terre, c’est assez impressionnant et étonnant. Le genre de paysage typique de l’Islande à mes yeux. Y’avait une grosse grosse source, qui crachait de la vapeur de manière impressionnante, mais je n’avais plus de batterie (échec) du coup je triche ; la deuxième photo n’est pas de moi, sorry, mais tu pouvais pas manquer ça ! Le nom du lieu vient de la sorcière Gunna, qui selon la légende fut piégée par magie puis ébouillantée.

19D175D7-0AEE-4810-B45F-C04B2C509B26.jpghave-you-met-the-angry-ghost-at-gunnuhver-mud-pool-in-reykjanes-in-sw-iceland-1.jpeg

Un peu plus loin sur la route, j’arrive sur un lieu spécial ; le pont entre deux continents. Ici, se rejoignent deux plaques tectoniques (comprend mieux pourquoi y’a que des volcans ici (remémore toi tes cours de géologie du collège stp)).
Donc là en tout calme, je te présente la faille entre la plaque tectonique Nord-Américaine et la plaque Européenne. Tranks

IMG_5311IMG_5312.JPG

Arrivée à Gardur (ouais on dirait le nom d’un célèbre rappeur), je fonce direct au cap de Gardskagi pour observer ses deux phares emblématiques ; l’un est cylindrique et l’autre carré.

IMG_53164EE59903-3650-441D-8720-DE34EE7E62BA.jpgD8559754-B7E5-41EE-8CFB-D43DE56ECF8C

En début d’après-midi, j’arrive sur un des sites les plus touristiques d’Islande ; Geysir. Il s’agit d’une source d’eau chaude découverte il y a plus de 800 ans. C’est de son nom que vient le mot geyser et tu vas comprendre pourquoi. Il y a encore quelques années (avant 1916), l’eau sortait en éruption de la source en geyser de plus de 80m de haut ! Maintenant, les éruptions se font très rares mais heureusement pour les touristes, un autre geyser beaucoup plus fiable se trouve à quelques mètres de là ; Strokkur. Environ toutes les 5 minutes, une colonne d’eau de quelques mètres de haut jaillit de la surface du sol.

FE4B674F-9223-40A2-AB86-D6956A70BA8A.jpg

Pour finir la journée dans le Cercle d’Or, direction les célèbres chutes d’eau de Gullfoss. Haute de 32 mètres, cette double cascade est pour sûr la plus célèbre du pays et la plus impressionnante (j’ai l’impression de dire ça toutes les 5 minutes, pas toi ?). Dans les années 1920, des investisseurs étrangers projetèrent de construire un barrage en amont, pour produire de l’électricité, ce qui aurait anéanti le courant nécessaire à ces chutes majestueuses. Le propriétaire refusait de vendre le terrain mais les investisseurs réussirent à contourner la loi. Ce fut grâce à la fille du propriétaire ; Sigridur, que les chutes furent sauvées. Elle entama une marche pieds nus depuis la capitale jusqu’aux chutes et projetait de se jeter dedans (avec mort certaine à la fin du projet hein du coup) si les investisseurs n’abdiquaient pas. Depuis 1975, le site est classé réserve naturelle.

30FAC782-310C-423A-A68C-1F8DCD0173449B3A5748-62B3-4AD5-9B1D-D5989659A367

Et là, me restait 3h de route avant d’arriver à mon auberge pour la nuit. Je me suis un peu chauffée sur l’organisation de ce voyage. En vacances ça aurait pu le faire mais après quasi 1 an de voyage, je me suis maudite.


J’ai donc passée la nuit à Olafsvik, beaucoup plus au Nord de Reykjavik. La route était juste magnifique par contre. J’entre dans la péninsule de Snaefellsnes qui fût pour moi la plus belle région que j’ai pu voir en Islande. Sauvage, des étendues à perte de vue, des falaises donnant sur l’océan, des cascades sauvages, un décor un peu à la Seigneur des Anneaux…

E7636F02-5BBE-434F-8E2D-9E2AD3740AC5312C413F-6F66-48BA-A9A8-823A334CF4B163FBFF2C-9116-4FB5-9886-55F864E92B0EIMG_5388.JPG

On observe facilement depuis la route le glacier Snaefellsjokull, rendu célèbre par Jules Verne qui s’en servit de décor pour écrire « voyage au centre de la Terre »

3EF57B11-9866-4050-99C9-BC94D8176473

Direction Saxhöll, un cratère d’un ancien volcan, dont la plupart de la lave environnante vient (et y’en a !).

312716B5-5365-4288-871D-29DB426DBA8D

On peut grimper en haut du cratère pour observer cette vue lunaire.

IMG_5349IMG_5353

Plus au Sud, se trouve une plage de sable noir ; Djupalonssandur. La plage est par endroit recouverte de pièces de métal rouillées qui sont en fait les restes d’un chalutier anglais qui s’y est échoué en 1948.

B0C725E4-0010-4253-BC21-156C1486E326.jpg

L’Islande étant toujours aussi surprenante, par moment tu roules des km et des km à travers des champs de lave… Comme ici au travers du Berserkjahraun.

IMG_5415.JPG

J’ai ensuite gravi (ok ça va y’a 5 minutes de montée) la montagne sacrée de Helgafell qui était vénérée par les fidèles de Thor. Elle était tellement importante, que les personnes âgées voulaient s’en approcher avant de mourir. Aujourd’hui, on continue à dire que quiconque gravit le sommet en respectant les règles, voit ses vœux exaucés. T’imagines bien que j’ai tout fait à la lettre ; commencer mon ascension à la tombe de Gudrun (tu passes devant, pas compliqué), monter sans prononcer un mot (pas facile, j’aime bien parler seule) et sans regarder en arrière (pas facile non plus, le paysage était fou) et faire trois vœux tournée vers l’Est (inchallah je me suis pas gourée de direction).

IMG_5422IMG_5420IMG_5417

Sur la route du retour direction Reykjavik, je croise le Kirkjufell, qui est LE site le plus photographié d’Islande.

IMG_5405A9837D58-906E-4320-A264-0C3A60C83D92


Le lendemain, après une nuit dans la superbe auberge HI Dowtown de Reykjavík, je me suis chauffée pour une petite rando afin d’aller observer la célèbre cascade de Glymur. Il s’agit de la cascade la plus haute d’Islande ; 198m quand même. La rando varie entre 2 et 5h de marche selon si on veut se rapprocher vraiment de la cascade ou pas. La vue sur les hauteurs est juste splendide, on voit même l’océan. Par contre, voilà ma tête quand j’ai calculé qu’il fallait que je traverse la rivière sur un rondin de bois (courageuse mais pas téméraire).

IMG_5445IMG_5446IMG_5450IMG_5453IMG_5454

J’ai passé la fin de journée sur Reykjavík, à traîner dans les jolies ruelles, boire une bière en terrasse en observant les gens, me balader sur le port…

DF435A51-93F9-4CB1-B3DE-C7B6383BBE03A2275E6D-0512-40B9-A7E8-836343D52E2690C142CC-8FF6-4188-8ACC-3ED2BD83FB0555BB3400-95B6-410F-BC17-52E6A189D02D

Le soir, après avoir croisé une famille de Poussan (c’est pas ouf stp) à l’entreprise de location de voiture, j’ai repris un petit avion direction…

…..la maison !!!!

IMG_5489

En conclusion de ces 5 jours de road-trip, j’ai trouvé l’Islande vraiment magnifique et surprenante. Je ne m’attendais pas à être aussi surprise par des paysages aussi beaux ! Par contre si je t’ai donné envie d’y aller, vas y au moins une semaine pour pas taper 2000km en 5 jours comme moi ! Et pour vraiment profiter et prendre le temps de faire des randos d’une journée au plus ! Et prépare ton budget parce que ça douille sévère !

 

Premiers jours en Islande

Du 17 au 19 juillet

Après mon super dernier week-end à Montréal, je me suis envolée pour l’Islande depuis Toronto.

Pourquoi l’Islande ? Parce que les billets Canada – Islande – France me coûtaient le même prix que Canada – France ! Alors pourquoi s’en priver ?
Bon j’étais beaucoup moins ravie quand 1 mois après l’achat de mon billet Canada – Islande, la compagnie a fait faillite. A savoir, dans ces cas là il n’y a normalement aucun remboursement prévu par la compagnie aérienne (déjà que les gars ont plus d’argent pour maintenir à flot leur société…). HEUREUSEMENT j’ai tenté le tout pour le tout et j’ai ouvert un litige Paypal vu que j’avais payé avec. Et miracle ! J’ai été remboursée ! Heureusement parce que sinon ça allait me coûter très très cher le voyage en Islande, et en plus un peu « obligée » d’y aller vu que mon billet Islande – France était, lui, toujours actif.
Bref, j’ai acheté un billet WOWair.

Bon j’ai aussi choisi l’Islande parce qu’il parait que c’est un pays magnifique. Je vois souvent des photos sur des blogs ou Instagram et les paysages m’intriguaient beaucoup car ils ne ressemblaient à rien que j’ai déjà vu…

Comme ce voyage démarrait pas déjà au poil, j’ai eu un bug de trajet pour aller à l’aéroport. La machine dans la gare ne m’a pas vendue le bon trajet et je me suis retrouvée à prendre un train et 2 bus soit 2h45 de trajet au lieu d’un seul train de 25 minutes… La contrôleuse dans le train était tellement désolée pour moi qu’elle s’est excusée 3 fois et a réquisitionné une passagère pour m’amener devant le bon bus (manquait plus que je ne monte pas dans le bon tiens !). Heureusement (parfois j’ai un bon flair), j’avais prévu très large et suis arrivée pile poil à l’heure pour mon avion.
Hop je donne mon bagage (la dame ne m’a fait payer pour mon sac « il est petit et léger », merci m’dame ! (et merci Maman d’avoir récupéré 6kg d’affaires quand tu es venue !)). Et là, je réalise que c’est la fin, que je quitte le Canada… Les larmes coulent d’un coup toute seule. J’étais tellement à l’ouest après qu’au niveau du passage des sacs cabine aux rayons X, j’ai posé mon téléphone, ma Kindle et mon ordi sur le tapis roulant, normal me diras-tu. Sauf que j’ai remis mon sac sur l’épaule pour passer la porte des rayons X, comme si de rien n’était. Là j’ai réalisé que j’ai vraiment bronzé à mon dernier volontariat, le gars m’a parlé en espagnol pour me faire revenir !

L’atterrissage en Islande marque le début d’un voyage très surprenant ; on atterrit sur une piste rouge recouverte de mousses vertes. On dirait Mars (pour ceux qui y sont déjà allés). Après avoir récupéré ma voiture de location, je pars pour le Sud-Est de l’île, afin de rejoindre mon premier logement.

La route est spectaculaire et l’île est bien surprenante. Des étendues de plaines à pertes de vue, tantôt de la lave noire, tantôt recouverte de mousses vertes. Des collines qui sont en fait des volcans. Des petites fermes seules perdues au milieu de la brume. Et des moutons, vaches et chevaux en veux tu en voilà. Y’a tellement de moutons un peu partout, que tu ne sais plus de quel côté des barrières ils sont censés être (il y a plus de moutons que d’habitants ici !). D’ailleurs, à certains endroits, l’air a l’odeur de ces bêbêtes à poils.
Un détail me choquait, j’ai mis plusieurs minutes à comprendre ce que c’était ; il n’y a pas d’arbres. En revenant du Canada qui est sûrement un des pays avec le plus d’arbres au monde, c’est assez contrastant.

0428313F-2822-4556-9B31-540FA2A01A7CAD91884C-35FE-4C43-9855-80A72980A7AA1C05C8D8-C7A5-4487-BD45-544CAC08ADA9D21EB33C-17A0-4A7A-A2EF-7F3742849E28014AE6EE-A475-43F1-B765-9C2047C1652F202465C4-0A34-409F-83CE-B15A36D9116781403E7D-3C69-4D47-8260-B70DE086190A6457DF9B-0575-4A36-BB50-081E0146AACB1F5701E8-B2E2-465F-A9F6-D4D068A5DEA9

Sur la route premier arrêt culinaire, j’espère que je vais mieux manger qu’au Canada (pas dur en même temps !). Et c’était très bon ! Du poisson, des pommes de terre, de la sauce béarnaise et du fromage, le tout servi avec du bon pain de seigle noir.

IMG_4860

Pour mon premier jour, j’ai enchaîné beaucoup de kilomètres. Je suis arrivée à mon gite et me suis écroulée pour la nuit à 20h (faut dire que je n’avais pas dormi du tout la nuit précédente dans l’avion, comme d’hab) (on a 2h de décallage avec la France et 4h avec le Canada). Ha oui, la nuit. Parlons en… Y’en a pas ! Le soleil semble se coucher mais à minuit, 2h ou 4h tu y vois très bien, c’est même pas sombre ! Fou…

Depuis mon gîte, je vois 3 glaciers qui descendent la montagne…

342663C1-E590-4EFE-9295-E63816525DD8


Le lendemain, je reprend la route dans l’autre sens pour prendre le temps de m’arrêter pour explorer les merveilles islandaises.

4EC9B8EC-101A-4FCA-B0E0-D0A7FD59EDE594245E87-CD90-4F01-9D52-DA5CB942D9F2

Premier arrêt à Jökulsarlon (et encore je suis gentille, j’ai pas mis tous les accents sur les lettres) ; c’est une lagune au travers de laquelle dérivent des icebergs magnifiques. Ils se décrochent de Breidamerkurjokull qui une ramification du glacier Vatnajokull pour aller tranquillement rejoindre l’océan Atlantique. Certains sont zébrés de noir ; ce sont des traces de cendre des éruptions passées. Ils peuvent rester plus de 5 ans dans la lagune. Lagune qui est d’ailleurs assez récente ; elle n’a que 80 ans. Autrefois le glacier arrivait jusqu’à la route et recule désormais de 500 mètres par an. On entend craquer le glacier et les icebergs qui s’effondrent en plusieurs morceaux.

IMG_4941091FE31A-DED4-47C5-A993-A3D3E8F2877F6CEEC323-7651-4045-AA85-EEBE7831B0843D086C92-5CC1-4743-95DE-A7DF99AD94D9CC2C6768-82C1-4ADE-A4D9-013DBEFA5325064E4389-834A-4734-AE84-6D0FE0A77046

La route principale qui fait le tour de l’île, appelée route circulaire est splendide. C’est parfois difficile de ne pas se laisser happer par le paysage, je pense que je me suis arrêtée facile tous les kilomètres pour faire des photos.

C23EA228-796A-4A5C-9CE1-B71E963EE745F35F48FB-8394-4DE5-AA39-203653B13646DDDAF964-8994-408E-91A4-187A808A0C88

En continuant la route, je tombe sur un glacier facilement accessible à pied (et ses petits moutons).

2DC3394C-2CBE-4A45-A570-BB6B47E8C8002BE6F907-87F7-466A-811A-3C28A6841FA7.jpg

Un peu plus loin, encore un autre glacier avec un lagune d’icebergs, bien que beaucoup moins impressionnante que la première ; Svinafellsjokull.

IMG_49825E6A706C-4D99-460B-BE2D-2BFCF552AAAC

Plus loin sur la route, une petite balade amène à la très célèbre cascade de Svartifoss. Elle est entourée de colonnes géométriques de basalte noir, formées lors du refroidissement de lave par l’eau froide.

E089CF89-DDDE-4055-B8D6-E55A8478BFA98B46E412-82E1-482B-B181-981ADCBC127D7F8A967F-47AB-4C8A-8F92-CF281ABA106E.jpg1DBC68BF-F747-48F8-A1B8-AC4EBCC9069E

La route est toujours aussi belle, surtout que les nuages sont parfois chassés par le soleil…

BA03F9E9-1BB9-4D8D-9AE3-0B537F968DC5837BBF2C-7280-4280-90CA-EE2DA41CF436IMG_50198EC44376-8AB4-4866-8FD6-8AB8DC047799

J’arrive ensuite dans la région du Skeidararsandur qui est le plus vaste sandur du monde (ça t’aide hein !). C’est quoi un sandur ? Je te mets l’explication de mon guide parce que je pourrai pas mieux formuler « en haut des montagnes, les glaciers absorbent le limon / sable / graviers produits par l’érosion de la roche sous-jacente, qui sont ensuite transportés vers la côte par les rivières glaciaires ou par les débâcles glacières » (et un débâcle glaciaire c’est quand les lacs sous les glaciers, qui retiennent les résidus de roche, se déversent d’un coup suite à la fonte ou la cassure du fameux glacier) (Jade prof de géologie booonjour).
En gros, ça fait des étendues immenses de roches grises sur 1300 km². La région était relativement peuplée avant 1342, où une débâcle glaciaire tua une grande partie de la population islandaise.

IMG_5025IMG_5024693142E0-C1DE-48C2-B4B7-7D70C120AAD2

Je continue ma route jusqu’à Systrafoss…

579F19C2-D366-4B1C-AEEC-54BF08554ACDA8D26C91-8314-4387-A3B5-65418CA41EEFC96E5663-8F58-4EE0-8F0F-B11BBF48DCA668BEF92B-DDE3-4BA3-A081-C1DE0695FE7C

Systrafoss c’est le nom d’une cascade jumelle bordée d’une randonnée pour monter à son sommet.

IMG_5042IMG_5048

Le lac qui alimente la cascade est Systravatn. Une légende dit que des nonnes venaient souvent s’y baigner jusqu’au jour où une main tenant un peigne en or jaillit de l’eau. Une des nonnes s’approcha pour le saisir et fut emmenée sous l’eau par la main…

IMG_5046IMG_5043

A la fin de la journée, j’arrive à Vik, le petit village où je vais dormir. La ville est bordée par une plage de sable noir, splendide !

5D3A6B92-6EAC-4354-9D1B-D60F58387F61C9EC55B2-BAD4-46DD-A508-407DE242EC19IMG_5058


Le lendemain matin, je pars en direction de la plage de Reynisfjara. Au bord de la plage, on peut observer des colonnes basaltiques. La légende dit que ce seraient en réalité des trolls, changés en pierre lorsque le soleil s’est levé. Les macareux (des oiseaux typiques d’ici) plongent dans l’eau depuis les hauteurs de la montagne.

FBCD5C4B-E8F1-4F39-8BB9-1953BE70B1A9A496A834-3643-4E3E-9103-18A0516CD451.jpg

Plus loin se trouve Dyrhoaley, qui est classé réserve naturelle car il abrite de nombreux oiseaux. Le lieu est même fermé pendant la période de nidation. La vue sur la plage noire en contrebas est juste splendide.

FC9F0478-DD44-4517-AD11-519D780347F3.jpgAB7A36B6-47BB-4BA4-BCF9-500191F8D381.jpg8F1B5C2A-AF30-4705-BE76-9B0065F467CA.jpgA92ABB68-3E0A-48C7-833D-286402DF52B9.jpgAA56174D-B35F-49AE-AE79-00A05EECE68E.jpg

Quelques kilomètres plus loin, après une petite marche j’arrive au pied du Solheimajokull, une des langues glaciaires les plus faciles d’accès. C’est une ramification du glacier Myrdalsjokull.

D67E2369-A91F-4BEA-87E9-4567C9292EC5.jpg0C8020A4-9459-4A43-A922-1C19EC90BEAF.jpg4D7AD5B6-030D-4410-AA88-0E3CBA3E524F.jpg81B8B8EE-F357-4DFC-AD58-BBD221B5E308.jpgCDBAD3CC-0854-4971-97F9-1066D2A14F11.jpg369415B1-BB10-447C-8A85-C2DC37FA38FD.jpg

Sûrement une des plus belles cascades pour l’instant ; Skogafoss impressionne par son débit, sa vapeur d’eau projetée et sa hauteur. J’ai essayé de me faire prendre en photo devant mais le souffle projette tellement d’eau et j’ai tellement pris l’eau que mon téléphone commençait à se noyer et toutes les photos étaient floues. 25 mètres de large, 60mètres de haut, c’est pas les chutes du Niagara mais elle se défend bien !

703FCDD2-0D81-449A-8AA8-D39096C3656B.jpg6BAF5AC3-E14B-4CB9-A762-E662A02BEB46.jpgIMG_5140.JPG

Un escalier (j’ai cru crever, je hais les escaliers) permet d’accéder au début de la chute. Une légende raconte qu’un trésor est caché derrière la cascade…

F2BF05D2-6ABF-4697-8E77-8E6A81E3DD25.jpgFD47297D-41F2-4349-88FB-D1229F34DD7C.jpg3BBFC588-4356-4955-ACC4-B162061A7EEB.jpg

 

Autre lieu, autres cascades ; il s’agit de Seljalandsfoss pour la première. Je m’y étais déjà arrêtée rapidement à l’aller, mais là j’ai pris le temps de la prendre en photo et même passer derrière !

80725B8F-F3DE-40B4-8397-1F3AB846789F.jpgB503F55D-7407-479C-B5FB-569B6AF6BCA7.jpg9E414259-B8D4-4556-A432-7CFB3FE3453F.jpgIMG_5174.JPG725E02EE-C78B-406D-AA26-1143DA993D4B.jpg

 

Quelques centaines de mètres plus loin, on fait la queue pour entrer dans une grotte où se jette Gljufurarbui, une autre cascade.

IMG_5198.JPGD0B3B2E0-D3C9-45E0-8059-23B10A152F32.jpg

 

Je continue la route et m’enfonce un peu dans les terres ; la plupart des routes centrales sont en graviers et certaines (les routes F) sont interdites aux voitures non 4×4. Sur mon trajet je croise un groupe à cheval ; chacun en monte un et en tient 3 autres qui galopent à côté ! Sacrés cavaliers !
J’arrive à une autre cascade, beaucoup plus sauvage et moins touristique ; Gluggafoss.

E18DB1D2-DDE2-4EC9-9FAA-59E758927224.jpg3C15DC58-E957-4110-BE19-560738A37CDA.jpg

 

La vue sur le delta de Markarfljot et le glacier de l’Eyjafjallajokull (le fameux volcan !) est splendide.

IMG_5206.JPG

 

Enfin, pour terminer la journée direction Kerid. Il s’agit d’un cratère créé par une éruption il y a plus de 6500 ans ! Le lac vert qui le comble, ressort intensément sur cette terre rouge. Björk (la chanteuse Islandaise) y a même donné un concert depuis une barque sur le lac.

270DEA1B-5645-4323-A909-190B90BCAAD5.jpgAA0069E6-D395-4519-9519-377CDFAC9398.jpg31FC2612-7129-4CE5-9C44-738853F45DBE.jpg

 

Montréal, Toronto (Québec, Ontario)

Du 12 au 16 juillet

Après être partie de mon volontariat et avoir passé la journée avec Iona à Ottawa, j’ai pris un bus direction Montréal. Une virée qui s’est prévue au dernier dernier moment mais qui fût bien remplie !

Grosse grosse crise de rire dans le bus où ma voisine de siège s’est tranquillement endormie sur mon épaule pendant une bonne partie du trajet (2h30 en tout), alors que je ne l’avais jamais vu de ma vie. Les joies des transports en commun…

IMG_4705.JPG

J’ai rejoint Bruno et Flore dans un bar dans le quartier de Namur. Bruno est un ami d’une copine de primaire, il a pris contact avec moi y’a plusieurs mois déjà en me proposant de se faire un coucou si je repassais à Montréal ; c’est chose faite ! Flore est une amie qui a fait ses études à l’IUT de Montpellier avec moi, que je n’avais pas revue depuis environ 3 ans je crois. Elle est arrivée au Canada en PVT aussi il y a 1 mois et profite pleinement de sa vie à Montréal depuis.
On a passé une bonne soirée tous ensemble dans ce petit bar (je tiens à remercier Bruno d’avoir choisi un bar PMU, c’est vrai que les bars stylés à Montréal ça manque, hahaha) (malgré les 2 zigotos de français qui voulaient absolument mettre du JUL sur le jukebox à côté de nous…) (du coup ils ont mis du Booba…)

J’ai une fois de plus été fidèle à HI en réservant à celle de Montréal. Comme d’hab l’auberge est super bien placée (métro Lucien L’Allier), propre et sympa.
Y’avait même des petits ratons-laveurs juste à côté de la sortie du métro. J’ai réussi à m’en approcher facilement vu qu’il y avait un grillage, sinon tu restes loin parce que ça attaque ces petites bêtes ! Trop contente de pouvoir enfin en voir, c’était une première pour moi alors qu’il y en a un paquet au Canada.

IMG_4752.JPG


Le lendemain je rejoins Flore chez ses propriétaires. Alors là, encore une histoire fabuleuse à la Canadienne ; elle a rencontré dans l’avion ce couple franco-québécois qui lui a proposé de lui loueur une chambre dans leur appart pour juillet – août ! Incroyable non ?

François, Chantal (les proprios de Flore donc), Flore et moi on est partis en direction de la réserve Kahnawake, à côté de Montréal.
Une fois par an, cette réserve de peuple de Premières Nations accueille un concours de danse autochtone ; le pow-wow. Des danseurs du Canada, des Etats-Unis et même du Mexique étaient présents à cette 29ème édition pour présenter leurs danses traditionnelles et tenter de remporter les prix en jeu.
Pour l’occasion, la réserve est ouverte à tous afin de favoriser les échanges culturels.

IMG_4800

On a vraiment passé une superbe journée, malgré la chaleur écrasante. Les danses étaient très belles, les costumes splendides et les chansons très émouvantes. J’ai eu de sacrés frissons lors de la cérémonie d’ouverture et quand on s’est rapproché des chanteurs.

IMG_4717IMG_4719

Seuls les hommes chantent, accompagnés d’un tamtam sur lequel ils tapent tous avec des gros bâtons. Un des chanteurs mène le chant en énonçant une première phrase que les autres chanteurs reprennent ensuite. Sans comprendre les paroles on arrive quand même très facilement à ressentir la fierté et le lourd poids des souvenirs qui passent à travers les chants.

IMG_4722

Les danseurs sont classés par type de danse (les hommes dansent de manière beaucoup plus animale et guerrière alors que les danses des femmes sont plus calmes et douces).
Les costumes sont aux couleurs de leur réserve et choisis en fonction du type de danse pour laquelle ils concourent.

IMG_4726IMG_473314B390D4-088B-4ABB-B0EF-BCA34A97B966

Tout autour de la ronde de danse, on trouvait des food-trucks avec des plats traditionnels et des stands de vente de vêtements, bijoux et attrapes rêves de style Amérindien.

Pour finir la journée ensemble, on est passé au jardin communautaire de Chantal et François dans le quartier de Maisonneuve.

85D0254C-E061-4CC5-A8DF-4E4A76EF4B4BAA729879-9135-46EC-85A3-DEB759BF6593IMG_4739IMG_4746 (1)

Pour la soirée, j’ai rejoint avec grand bonheur ma copine Elo.
Tu t’en souviens ? J’en ai parlé dans mon touuuut premier article en disant que c’était elle qui m’avait donné envie de partir au Canada. Et bien après bien des péripéties administratives elle y est de retour depuis le début de l’année et vient même d’acheter un appart à Montréal siouplé (maintenant elle est quasi citoyenne Canadienne, pour faire simple).
On a mangé ensemble au Jardin Nelson (et on a poseé nos boobs sur la table), sur la place Jacques Cartier et elle m’a ensuite fait visiter son superbe appartement rienqu’àelle ! ça m’a vraiment fait plaisir de la voir, on ne s’était pas revues depuis l’été dernier !

IMG_4754IMG_4748


Le lendemain, direction le Canal Lachine en vélo pour prendre l’air.

5623F811-E0E0-40A5-9F3B-AE0DEA345D1272B34083-8493-468B-82AA-BE2E22E150ED354419A2-432E-4995-8424-079AD68C98FC7D43D5DB-99B1-45C8-83E7-9CD547F5A73E

Ça me fait vraiment plaisir de voir Montréal en été. La ville ne m’avait pas trop plu en octobre quand j’y suis arrivée, je la trouvais grise et vide. En été, Montréal fourmille de festivals (ville ayant le plus de festivals au monde quand même), de vie et de fête ! Tout est vert et ça me fait plaisir de voir qu’elle remonte dans mon estime (même si Vancouver reste the number one pour moi).

45374EBA-6611-4B73-ACF1-F74C03BC864C

L’aprem je retrouve Elo (je suis en retard comme d’hab, j’ai passé mon week-end à être en retard !) pour faire un tour en voiture du côté de Wesmount soit LE quartier chic de Montréal. Ici les maisons valent plusieurs milliers de dollars et ça se sent !

B78DC291-4A83-4198-884F-620FA8AB60C55473F16A-227A-4C0B-A163-A838AEC911DD

On a aussi fait un arrêt à un des belvédères du Mont-Royal pour admirer la vue sur la ville.

73DD498C-3F7A-4F8B-9DB6-3CE71FEA334B.jpg

Pour finir notre balade, on a aussi admiré la vue depuis l’oratoire de Saint-Joseph.

FFDEE107-DEB9-4B96-A8ED-B5D2AE768A077706BE6A-F3EF-4440-B49A-8EFF714B4B38

Les dimensions de la basilique et du dôme sont impressionnantes.

5BC8B1AF-0545-4328-9EB9-15FF50351D43IMG_4790.JPG

Pour finir ce week-end en beauté, on s’est retrouvé Elo, Flore et moi au Darling’s, un très bon restau de tapas de qualité, dans un quartier peu visité par les touristes :). (Ne prenez pas la salade de fruits, y’a de la rhubarbe, des radis et pas beaucoup de yaourt).

IMG_4787.JPG


Le lendemain, après avoir salement failli rater mon bus (j’avais dit que j’ai passé le week-end à être en retard) (le chauffeur m’a dit que j’ai vraiment eu de la chance, il allait partir. Du coup j’ai voyagé avec mon sac sur les genoux vu qu’il n’a pas pris le temps d’ouvrir la soute (tant pis pour moi j’avais qu’à être à l’heure)) (va chercher à savoir pourquoi, sous le coup du stress je lui ai parlé en anglais alors qu’il me parlait en français… toutvabien), je suis arrivée à Toronto pour ma dernière nuit Canadienne !!!!

28701F45-B897-4A60-8945-35A1203C36E0IMG_4838IMG_4837

Et oui, la fin de l’aventure a sonné pour moi. J’ai passé ma dernière journée à acheter 2-3 trucs et préparer mon départ. C’est une belle aventure qui se termine. Je n’ai pas de mot pour expliquer ce que j’ai vécu ici, dans ce pays. Et comme je n’en ai pas, je vais juste faire un copier-coller du petit texte que j’ai mis sur Facebook avant de m’envoler… (vous avez dit flemmarde ? ouioui).

C’était donc notre dernier matin ensemble. On le savait depuis le début qu’il y aurait une fin à notre histoire 💔

Je n’avais jamais pensé à toi, on m’avait pourtant dit à quel point tu étais beau. Tu m’as choisie, au moment où je n’y croyais plus 🙏🏻

10 mois que tu m’as accueillie loin de chez moi. Tu m’as fait rencontrer des personnes extraordinaires. Grâce à toi j’ai découvert le civisme, le positivisme, le sens du partage, l’hospitalité, le patriotisme. Chez toi, on vit plus facilement tous ensemble quelque soit notre couleur de peau, notre religion ou notre sexualité. J’ai découvert un endroit sans crainte de l’autre, où se balader dans la rue quelque soit la somme d’argent que l’on porte sur nous n’est pas un problème, où avoir son téléphone dans sa main n’est pas risqué. J’ai découvert qu’ici on parle aux étrangers par simple philanthropisme. 💕

Tu m’as parfois émue jusqu’aux larmes devant tes paysages époustouflants et les expériences folles que tu m’as fait vivre.

J’ai réalisé de nombreux rêves avec toi. Tu m’as fait me rendre compte de ce qui est important pour moi, dans ma vie et pour mon futur. J’ai grandi à tes côtés, je me suis rencontrée, j’ai découvert la liberté et je suis fière du chemin parcouru ensemble. 

10 mois… Certains diront que ça ne représente rien dans une vie mais pour moi ça représente tout désormais. Je reviendrai peut-être près de toi, mais on sait que ça ne sera pas pareil, on a déjà vécu ce qu’on devrait vivre de plus intense ensemble 😍

Hier j’étais à Montréal. Il y a 289 jours j’y atterrissais. La boucle est bouclée

CANADA… Merci pour cette merveilleuse histoire 🇨🇦

Metcalfe (Ontario)

Du 19 juin au 12 juillet

Après mes quelques jours de visite à Ottawa, je suis partie à 30 minutes de là, à Metcalfe, chez mon dernier hôte Workaway Canadien (déjà !) pour trois semaines.

Il est allemand, installé depuis 15 ans au Canada en raison de son travail ; il est ingénieur en qualité de l’air pour le gouvernement Canadien. Il a racheté cette ferme il y a 11 ans et y a construit ce qu’il appelle son « petit paradis ».
La ferme est juste magnifique, la maison est immense et bien aménagée. Vivre ici est très confortable.

IMG_4695

La maison compte 4 chambres, un séjour cuisine immense, un grand garage (pour les chiens), une salle de sport (dans ma chambre, c’est un message je crois), un hammam, une cave, 2 salle de bains et un bureau ! Ma chambre était au sous-sol de la maison, elle était immense et très fraîche (ce qui était agréable vu les températures qu’on a eues !) mais aussi humide, une litière géante pour le pipi des chats et le repère d’araignées carnivores (j’ai 5 marques de piqûre sur le ventre que je pense garder à vie !)
A l’arrière de la maison on tombe sur la piscine, le jacuzzi, une terrasse et une table où on prenait nos repas. Mon hôte a beaucoup investi dans la rénovation de sa maison et a réussi à en faire un superbe lieu !

IMG_4694IMG_4693IMG_4466IMG_4690IMG_4689

Un des souhaits de mon hôte était de pouvoir voir ses animaux de n’importe quelle pièce de sa maison. Le champ principal entoure quasiment la maison et on aperçoit les chevaux y galoper dans la journée (et les lamas se perdre mais ça c’est une autre histoire…)

IMG_4633

En dehors de la maison on trouve un « workshop » ou l’équivalent d’un garage pour nous, où tous les outils de la terre sont dispo, où Alex (mais qui est Alex ?) a passé beaucoup beaucoup beaucoup de temps. Il y a aussi une série de hangars pour garer les voitures, tracteurs et ranger le fourrage (ça aussi on va en reparler !!!!).

IMG_4666IMG_4672IMG_4670

Les animaux aussi sont très bien installés (les chiens ont carrément leur clim dans le garage ! Alors que la maison ne l’a pas). Les 2 lamas et les 2 chevaux ont un petit champ pour la nuit et un plus grand pour la journée.

IMG_4687IMG_4667

Mon hôte est venu me chercher à Ottawa… en Jaguar !!! Il est fan incontesté de voiture et ce n’est pas ce qu’il manque chez lui ; 5 Jaguar, 1 Cadillac, 3 pick-up, 3 tracteurs, 1 déneigeuse, 1 side-car… On a de quoi se déplacer sans problème. Et comme on est au Canada et qu’il n’y a pas de voleur, toutes les clés restent dans les voitures…

IMG_4669IMG_4665IMG_4538IMG_4675

Un autre des rêves de mon hôte est d’avoir 2 animaux (1 mâle et 1 femelle) de chaque espèce (Noé 2.0).
Du coup pour l’instant il a 2 chevaux. PJ est la femelle, une magnifique jument d’une quinzaine d’année, gourmande comme pas deux (elle passait son temps à nous fouiller les poches pour trouver des friandises et ne pouvait pas se retenir de manger toute la nourriture qu’elle trouvait). Snowman est l’hongre, un grand cheval gris tacheté, tout calme et pataud. Il faut dire qu’il a plus de 20 ans. Il se laisse totalement marcher dessus par PJ qui est un peu le chef de tout le monde.
On a fait une petite balade à cheval avec mon hôte pendant 15-30 minutes. Il a eu beaucoup de mal à me laisser monter PJ et m’a demandé 10 fois si j’étais sûre de moi (j’ai fait plus de 10 ans d’équitation, j’ai passé mon galop 5 et j’ai eu un cheval pendant 10 ans, mais il a quand  même réussi à me faire douter de moi vu comment il insistait) (en fait elle est pas si terrible que ça à monter !)

IMG_4476.JPG

Mon hôte a aussi deux lamas ; Awesome le mâle, un brin consanguin et débile quand il s’y met (le gars n’arrive jamais à re-rentrer dans le champ seul après avoir suivi la femelle pour en sortir). Mon hôte l’a acheté dans une ferme 1 semaine avant mon arrivée. Il en a vu de toutes les couleurs ces dernières semaines et n’est pas franchement facile à approcher ; Awesome s’est fait salement mordre à 2 reprises par un des chiens, la blessure s’est infectée, était très profonde et y’avait même des vers !!! Ça commençait à peine à être « beau » quand je suis partie.

IMG_4584d9b32575-9f0b-473b-8cc9-81a25abd58fd4879c596-bd86-41e6-9d98-edeef62c6381

Lady est la plus jeune du groupe, c’est une petite lama de 9 mois, trop trop belle. Elle est curieuse (les lamas sont très curieux en fait, au moindre bruit ils viennent voir ce qu’il se passe), intelligente et marrante. Elle a aussi son sacré caractère et n’hésite pas à cracher sur les chiens ou PJ quand ils l’embêtent.

IMG_4682

Lady pas contente, se prépare à te cracher à la gueule

IMG_4644IMG_4643IMG_4641

Jinx et Inka sont les deux chiens de la ferme, tout deux juste magnifiques et adorables. Inka passait toute sa journée en liberté avec nous alors que Jinx devait rester attaché car c’est lui le mordeur de lamas. Inka est croisée avec un berger allemand et Jinx est un berger blanc suisse.

IMG_4683IMG_4674

Dans la maison il y a aussi 2 chattes ; Princesse et Crazy. Cette dernière est beaucoup plus jeune et était un chat sauvage (ça se ressent toujours un peu), elle s’appelle Crazy d’ailleurs pour ça (= folle), elle pisse partout ici (RIP les tapis du salon). Princesse passerait son temps à bouffer aussi (comme PJ) si on l’écoutait (c’étaient souvent ses miaulements qui nous réveillaient le matin).

J’ai eu la chance d’avoir été en volontariat en même temps qu’Iona, Alex et Rafaela.
Iona est une Bretonne (même si elle n’aime pas qu’on le rappelle (trop tard haha)) venue au Canada pour valider un stage à l’étranger dans le cadre de son école d’ingénieur.
(Elle adore les mangues).

IMG_4605.JPG

Alex et Rafaela ont quitté ensemble la France pour un PVT de 2 ans au Canada et veulent rester vivre ici par la suite. Quelle ne fut pas ma surprise quand ils m’ont dit « on vient du Sud, à côté de Montpellier, tu dois pas connaître c’est un petit village » « dîtes toujours » « Mèze » !!! Soit une ville que je connais très bien vu que beaucoup de mes amis habitent les alentours et que j’ai passé de nombreux étés là-bas ! Alex est mécanicien (il a réparé beaucoup de voitures / tracteurs / pick-up / moto chez mon hôte) et Rafaela a fait des études de commerce international.

IMG_4450.JPG

On a eu beaucoup de chance de si bien s’entendre, j’ai vraiment apprécié de passer mes journées avec eux. On a énormément rigolé, je ne compte pas le nombre de fous rires qu’on a eus (en grande partie à cause d’Alex) et la vie avec eux a vraiment été facile (alors que parfois, plusieurs semaines avec des personnes qu’on ne connait pas, ce n’est pas gagné d’avance !). L’anglais d’Alex n’étant pas parfait à son arrivée, il nous en a sorti des belles dont le fameux « I see what I see » (= je vois ce que je vois), « women, women » (= les femmes, les femmes). Le gars nous a quand même dit qu’il avait un singe fou avec des timbales dans la tête et il a décidé de l’appeler Zucchini pendant son séjour (= courgettes)… On a rit quoi.

On a travaillé 6 jours par semaine environ, certaines tâches étaient quotidiennes et d’autres changeaient selon les jours. Mon hôte travaille la semaine (de 9-11h à 16-17h environ) et nos journées étaient plus cools niveau charge de travail quand il n’était pas là (tu vois la chute arriver ?).

En gros, le matin on devait nourrir les chats, les poissons et les chiens. Nettoyer la litière. On partait ensuite dehors pour récolter le crottin dans l’enclos des chevaux et le jeter au compost, remettre du fourrage et de l’eau et finir par mettre les chevaux et les lamas dans le grand champ.
On a aussi passé beaucoup de temps à nous occuper de la blessure d’Awesome ; l’attraper (phase limite la plus dure), nettoyer la plaie pour enlever les vers et le pus (bon ap’), mettre du désinfectant, du pansement en spray et de l’anti-moustique. On a aussi passé quelques heures à le tondre. Mooon dieu, il était pas le plus beau lama du monde avant, mais après la tonte il était sûrement le plus cheum !

Le soir on faisait globalement la même chose (donner à manger, nettoyer les crottins, rentrer les chevaux et lamas pour la nuit). Sauf que… à cause du gel des sols l’hiver, les barrières du champ étaient surélevées et les lamas pouvaient passer en-dessous. Un jour où on était seules (Alex et Rafaela étaient en congés à Ottawa), Iona me dit « je crois que j’ai perdu Awesome » (le lama un peu débilos). Nous voilà à faire le tour de la ferme pour le trouver. Et là Iona « c’est pas un lama là bas ? », au fin fond du champ de maïs, on apercevait juste une tâche blanche ; le cou d’Awesome. Le gars s’était barré, avait traversé tout le champ et s’était tranquillement couché en haut de la colline. Il nous a fallu une bonne heure pour le faire revenir !!!

Dans la journée on faisait plein de choses différentes ; la cuisine (pour nous le midi et pour le « dîner de 17h » quand mon hôte rentrait), le ménage de la maison 2 fois par semaine, les courses 1 fois par semaine (on y croisait de belles voitures d’ailleurs), on allait aussi chercher des pièces pour les réparations des voitures, chercher un permis pour allumer un feu (obligatoire ici, et on appelle les pompiers quand on commence et quand on finit le feu. Il doit être éteint avant la tombée de la nuit), nettoyer les voitures, promener les chiens, leur faire faire de l’agility, changer les barrières du champ, nettoyer un arbre qui était tombé dans le champ, aider Alex comme on pouvait à réparer les voitures, nettoyer la piscine, acheter des outils / matériaux pour des réparations, longer les chevaux…

IMG_4493IMG_4462IMG_4668IMG_4593IMG_45261f342dd9-a2bc-4218-9fc9-5b5104d08addIMG_4456IMG_4455

Notre plus gros projet a été le fourrage !!! Mon hôte a donc 2 hangars où il entrepose son propre fourrage pour les chevaux et les lamas. On a d’abord dû débarrasser toutes les vieilles balles de fourrage afin de faire place nette avant d’en rentrer du nouveau (ça nous a pris une bonne semaine, un millier d’éternuement, 10 chevilles foulées quand elles se coinçaient dans les palettes qui recouvrent le sol). On devait remplir le tracteur et jeter les balles moisies dans le compost. Quand ça a été fini on a dû enlever toutes les palettes, tout nettoyer dessous puis remettre toutes les palettes.
Ensuite, mon hôte avait pris des jours de congés pour nous « aider » (tu comprendras…) à faire le fourrage. Pendant 2 jours lui (un peu), Alex et Iona ont coupé le foin dans le champ voisin avec les tracteurs. Puis il a fallu le remuer deux fois par jour pendant deux jours pour le faire sécher et le rassembler en tas le soir pour qu’il ne prenne pas trop l’humidité de la nuit. A la fin de ces 3 jours, mon hôte fabriquait des balles avec son tracteur (1m sur 50cm, environ 10-15kg) et nous les amenait.

IMG_4632

On a dû ranger environ 740 balles….
740 !!!
Qu’on devait porter du wagon à l’élévateur, récupérer en sortie d’élévateur et fabriquer des murs de 7 étages avec. Un tétris géant en somme (mais beaucoup moins drôle que quand t’es dans ton canap). Imagine juste que ça nous a pris environ 2 x 4h, sous un hangar où il faisait chaud, entouré par la poussière du foin, moi debout sur 6 étages de fourrage à hisser avec mes petits bras les balles que me passait Rafaela depuis le sol… Sans parler des égratignures sur les bras et jambes à cause du foin dru et des échardes (j’en trouve encore un peu partout sur mon corps des jours après…) Éprouvant ! Heureusement mon hôte avait engagé Jack ce jour là ; un voisin de 23 ans qui lui fait parfois des petits travaux. (Ha, Alex a aussi fabriqué la séparation en bois entre les deux hangars (on l’a un peu aidé quand même)).

IMG_46767745c796-bbc8-4a8a-913e-235aeae6cf22

IMG_4661IMG_4660IMG_4659

Pendant nos soirées (qui étaient longues au final vu qu’on prenait notre dîner à 17h (ouais ouais !!!)), on faisait nos tâches du soir avec les animaux, on allait promener une dernière fois les chiens puis on jouait aux cartes, on regardait un film et parfois on mangeait des bonbons degueux (les Bertie Crochue d’Harry Potter (j’ai eu celui au vomi, j’ai crû crever)).

IMG_4497

La journée quand notre hôte n’était pas là on s’octroyait quelques pauses où on chillait, matait un film ou on se baignait.

IMG_4514IMG_4502

Pendant nos jours de congés, notre hôte nous déposait à Ottawa en allant au travail.

On a aussi été allé voir Jack (le gars du foin) jouer au hockey et on s’est fait un petit fast-food ensemble avant le drame (ce suuuuusspens !).

IMG_4663

J’ai aimé ce volontariat grâce à Iona, Alex et Rafaela. Ça n’aurait clairement pas du tout était pareil sans eux et j’ai vraiment été étonnée qu’on s’entende si bien ! C’était vraiment génial de passer ces 3 semaines avec eux.

Malheureusement j’ai quitté ce volontariat plus tôt que prévu car je ne m’y sentais plus bien.
Mon hôte m’avait prise à part 3 jours après mon arrivée pour me dire qu’il attendait de moi que je motive les autres (alors qu’ils se débrouillaient très bien sans moi), qu’il m’avait choisi (c’est lui qui m’a contactée sur Workaway) parce que j’étais diététicienne et qu’il voulait que ça serve à sa ferme (il m’a dit qu’il voulait manger des fleurs et des plantes médicinales (va falloir qu’on revoit le contenu du DUT diététique les gars !)) et qu’en étant la plus vieille il s’attendait à ce que je chapeaute un peu les autres… J’ai essayé de faire quelques efforts mais à partir de ce jour-là je n’étais plus du tout à l’aise avec lui (j’ai du mal avec le « conflit »). Pour lui faire plaisir j’ai planté un petit jardin (sachant que je suis capable de tuer un cactus).

IMG_4691

Après notre dernière journée de fourrage mon hôte nous a tous sermonné pendant 1 heure en nous disant qu’on ne conduisait pas parfaitement les tracteurs, qu’on n’avait pas l’air d’aimer les animaux, qu’on ne s’investissait pas dans la ferme, qu’il avait l’impression d’être dans une colonie de vacances française (on parlait toujours anglais quand il était là), qu’on était moins matures que des jeunes de 18 ans et que c’était sûrement parce qu’on avait pas trop voyagé dans notre vie (j’ai crû m’étouffer, bon ok j’ai pas voyagé 60 ans de ma vie mais quand même…). Sachant que j’avais déjà le sentiment d’en faire beaucoup (normalement il annonçait 4h de travail par jour, 5 jours par semaine), que j’étais mal à l’aise avec lui et que je le trouvais un peu gonflé de nous dire ça ; il ne nous aidait JAMAIS (même mettre son assiette dans le lave-vaisselle c’était trop compliqué, il la posait sur le plan de travail alors que le lave vaisselle était ouvert…). Ce comportement m’a beaucoup choquée, dans tous mes autres volontariats j’AIDAIS mes hôtes, je ne faisais pas tout pour eux / sans eux. Il avait tendance à dénigrer le Canada et les Canadiens et ça me rendait folle.
Ce qui me rendait triste aussi c’était de ne rien partager avec lui. Il est quelqu’un de plutôt réservé et je peux comprendre, mais comme il ne nous aidait jamais, notre seul moment d’échange était le repas où il ne parlait pas beaucoup et ne nous posait jamais de questions personnelles. La seule chose que nous faisions ensemble était d’aller manger une glace sur le parking du supermarché du village…
J’ai contacté une ancienne volontaire qui lui avait laissé un avis négatif et elle m’a raconté quasiment le même scénario.

Face à tout ça, je me suis dit que j’étais venue au Canada pour vivre des aventures positives, que je connaissais désormais le sentiment de liberté absolue et que je ne voulais plus vivre dans cette atmosphère même si ce n’était plus que pour 3 jours. J’ai dit à mon hôte que je voulais partir et je suis partie…
J’ai bien le sentiment de peindre un tableau négatif mais ce n’était pas non plus le bagne. Juste te faire voir qu’il n’y a pas que des aventures parfaites en volontariat mais qu’il ne faut pas avoir peur de partir quand ça ne te convient plus. Malgré ça j’ai quand même vécu des bons moments dans cette ferme et même avec mon hôte 🙂 tout n’est pas à jeter !

Du coup, je suis partie vendredi dernier, après une dernière journée à Ottawa avec Iona. Direction Montréal pour le week-end…

IMG_4702.JPG

Mille îles et Parc de la Gatineau (Ontario – Québec)

17 et 18 juin 

Lors de mon passage à Ottawa, j’ai loué une voiture afin de visiter les alentours de la capitale Canadienne.

Pour mon premier jour de vadrouille, je suis partie dans la région des milles îles. C’est en fait une constellation de 1864 îles (rien que ça) sur le fleuve St Laurent au sud-ouest d’Ottawa, qui marque la frontière entre l’Ontario et les USA (comme les chutes du Niagara en fait). Du coup certaines îles sont Canadiennes et d’autres Américaines. Un parc national recouvre la majorité du territoire à visiter (encore un).

Le trajet pour rejoindre la ville de Gananoque est juste magnifique, je me serai arrêtée toutes les cinq minutes pour faire des photos si je m’étais écoutée (en fait je l’ai pas mal fait).

83281A92-71BC-4C14-8AE6-49DBB454AC24IMG_4380

Pour pouvoir être considérée comme une île, le petit morceau de terre doit être visible au dessus de l’eau 365 jours par an, avoir au moins 2 arbres et faire au minimum 0,5m².

E7246627-F743-4247-88C6-A2D20E2E901B

J’ai commencé ma journée en faisant une randonnée qui a une vue magnifique sur plusieurs îles. J’ai sacrément galéré pour trouver le début de la rando, c’était franchement pas bien indiqué.

IMG_43102CF635F8-D937-40F7-A4EF-DDCE726828F7IMG_4312IMG_4316.JPGIMG_4318IMG_4324

Pour l’aprem, j’avais réservé un tour en bateau pour voir d’encore plus près les îles. Le tour démarre à Gananoque et dure 1h.

2FD0489C-BB96-4A26-9BF1-5B7FCBCFB159

J’ai trouvé la vue super chouette mais les commentaires uniquement en anglais, (bon passe encore #teampresquebilingue) mais juste incompréhensibles parce que pas assez fort du tout.
C’était assez impressionnant et marrant comme tour, certaines maisons sont quasiment immergées et semblent flotter sur l’eau en reposant sur absolument rien.

IMG_4329IMG_4332IMG_4334IMG_4338BA162B48-2B91-4325-B4A3-93251BD07E00IMG_4342IMG_4343IMG_4346IMG_43481CBD9C81-43E3-4F3E-9FE4-E9ED64FC9CB0

J’ai mis un moment à comprendre que cette maison n’était pas inondée, mais que le garage était en fait un garage à bateau (j’adore l’idée !).

IMG_4352IMG_4353E1773578-AD7E-4AFD-BE9D-0BD57C88A02371BA5996-0162-4537-853B-6921AD894242

Pour la fin de journée, je suis allée me poser dans le petit village de Gananoque, qui est juste trop mignon, calme et reposant. C’est une jolie ville victorienne, avec de beaux bâtiments en brique rouge.

IMG_4362IMG_4363IMG_4369IMG_4376


Le lendemain, je traverse un des ponts d’Ottawa pour me retrouver au Québec, du côté de Gatineau. C’est encore un parc immense de 36 000ha, rempli de lacs et de forêt. C’est aussi le repère de nombreux animaux sauvages, comme souvent ; coyotes, castors, ours…

IMG_4384D66A3729-8127-47D4-A9B3-A36335FFA4D5

J’ai décidé d’aller me balader du côté du lac Pink, qui est très réputé. Son nom n’a rien à voir avec sa couleur mais plutôt avec une famille de colons Irlandais qui avait construit un chalet à proximité (bouh, on est pas content, on veut voir de l’eau rose !).

IMG_4386

Un chemin de 2,5 km permet de faire le tour du lac, à l’ombre sous les arbres. Des panneaux explicatifs sont disponibles le long du chemin afin de détailler la particularité du lac Pink (teaser de fou t’as vu ?)

IMG_44067481744D-AB7A-49E2-B6A3-47947257E0C5IMG_4394IMG_4395

En fait, le lac Pink c’est un peu deux lacs en un.
En surface c’est un lac « classique ». Mais à 13m de fond, se trouve un lac qui ne contient pas d’oxygène. Du coup, ce second lac n’est peuplé quasiment que de bactéries qui peuvent fabriquer leur nourriture grâce au soleil. Leur particularité c’est justement qu’elles meurent en contact avec de l’oxygène (mon dieu que la nature est bien faite !!). Ces petites bêtes se concentrent donc juste à la limite pour avoir assez de soleil et éviter l’oxygène. Ce qui fait un amas très compact de bactéries, en dessous c’est l’obscurité totale car la lumière du jour ne passe pas.

226C8177-8A45-4CD3-95D3-E7AC0FABE983

Du coup, les deux eaux du lac ne se mélangent jamais ; on appelle ça un lac méromictique. En raison de son encaissement entre deux vallées, le vent ne peut brasser l’eau.

IMG_4397.JPG

Le lac est entourée de terre riche en phosphore, qui favorise la présence d’une certaine algue dans le lac qui lui donne cette belle couleur de jade (fallait bien que je le place celui là !)

BEFEF8D4-6B6C-4AD9-BE96-FACE4096AEEC

Ce lac d’eau douce abrite un poisson marin… Comment est-ce possible ?
Il était au début un lac d’eau salée, résultat d’un retrait de la mer dans la région. Le lac s’est peu à peu transformé en lac d’eau douce, ce qui a permis à ce poisson de s’adapter progressivement et de continuer à y vivre. Il serait content ce cher Darwin !

IMG_4408IMG_4411

 

 

Ottawa (Ontario)

Du 15 juin au 19 juin, 28 juin et 1er juillet

Après mes quelques jours à Toronto, j’ai pris un bus direction Ottawa. On a pas tous les mêmes techniques pour être confortable dans le bus visiblement…

5h plus tard me voilà arrivée dans la capitale Canadienne, qui compte pourtant 2 fois moins d’habitants que Paris et qui a un centre ville qui me semble plus petit que celui de Montpellier.
Un petit 40 minutes de marche pour arriver à mon auberge, sous le magnifique coucher du soleil.

C0CBB682-78B2-4102-B927-9A15F56943EB67A9D96E-C1F6-437C-9DC9-970FE8801DAA

Je n’ai pas voulu réserver cette fois dans la chaîne HI car l’auberge d’Ottawa est en fait l’ancienne prison de la ville qui a été rénovée et… ça me faisait flipper (les fantômes tout ça, c’est bon j’ai donné !). Je me voyais mal dormir dans une cellule ou dans un endroit qui a vu des gens se faire électrocuter sur une chaise, situvoiscequejeveuxdire. Donc j’ai réservé à l’auberge BackPackersInn et euh, comment dire, c’était pas la meilleure idée que j’ai eue… L’auberge était très bizarre, c’est une maison en fait qui a été transformée en auberge (ils ont un délire apparemment à Ottawa, ils transforment tout en auberge). Mais certains pensionnaires étaient juste flippants, la chambre pas très propre, je me suis retrouvée qu’avec des mecs et un des gars s’est fait volé de l’argent dans la chambre… Bref pas rassurant quoi.
Par contre l’auberge est super bien située. Bon en même temps vu la taille du centre-ville, pas difficile. Les bâtiments du quartier sont très mignons, en brique rouges. C’est très chaleureux comme centre ville et pas du tout américanisé contrairement à Toronto.

FF4D266E-FEA1-43A8-B8C0-91DE00409227.jpg


Pour ma première journée je suis partie au musée Canadien de l’histoire qui est top ! Il suffit de traverser le pont principal d’Ottawa pour accéder à la rive où se trouve le musée (donc du côté de Gatineau, au Québec). Le bâtiment est moderne et immense, construit tout en rondeur car une croyance des Premières Nations veut que le diable se cache dans les angles. Plusieurs expositions sont proposées sur l’histoire du Canada, les populations autochtones. Je suis aussi tombée pendant une exposition sur l’homme de Neandertal. Le musée propose aussi des projections de films sur différents thèmes ; j’en ai vu un sur Cuba.

IMG_4298

La grande galerie du musée accueille une des plus grandes collections de mâts totémiques au monde.

IMG_4294IMG_4295

Après cette partie culturelle, je suis partie me balader un peu dans le centre ville.

E8D6C5E9-EAE9-4FA1-BE6B-F0D4CA76732B

La ville d’Ottawa est traversée par la rivière Outaouais qui marque aussi la frontière entre l’Ontario et le Québec. Ça donne une superbe vue sur le Parlement et la rive d’en face, quand on s’élève un peu.

1002562B-6B98-44AB-925C-23DE6A16C079


Pour mon dernier jour de visite solo à Ottawa, j’ai profité du soleil pour me balader toujours dans le centre ville et visiter les endroits stratégiques que je n’avais pas encore vus.

La Basilique-Cathédrale Notre-Dame (celle-ci n’a pas brûlé), érigée dans les années 1840 au toit en étain est la plus grande et plus ancienne de la ville.

4D53F861-6697-4BD2-B5BF-E17E743867771B1A9E81-1575-4DDB-8444-F467621E0D53

Ça n’a pas un petit air de notre cher canal du midi cette histoire ? Ottawa aussi a des écluses ! Situées à la pointe nord du canal Rideau, entre le château Laurier et la colline du Parlement, elles concluent 200km de voie d’eau depuis Kingston.

DCDE80FC-6649-4ECC-9742-C39FD303E1838ED0D4EB-F80C-4F84-894E-7BD9BD1B2C6AFC3024DA-F011-4AD2-A8C4-E747531E05D3D2A281C5-3334-423B-884F-F79D16E4BE1F

En longeant le fleuve, je passe à l’arrière du Parlement soit LE bâtiment iconique d’Ottawa. C’est en fait un ensemble de plusieurs bâtiments plus prestigieux les uns que les autres, à l’architecture résolument gothique. La colline du Parlement est le coeur culturel et politique d’Ottawa.

2B88F380-C05C-4F92-B4D5-9627D6551879IMG_443583C7B3F1-7723-42C1-8252-8D2D44677214EB88E966-C840-406C-BE40-F370EDCB81CB1FF01137-929B-4E6E-91E5-FC10AE001F86

Surplombant les pelouses du Parlement, la tour de la Paix a, pour moi, clairement un air de Big Ben. Elle fait 92m haut tout de même.

3D480B5C-FB05-4575-9053-2C83C3397137

Les bâtiments sont construits en calcaire et grès, les tourelles sont en cuivre (avis aux amateurs de câble SNCF et autres…). Le bâtiment principal, appelé édifice du centre, a été achevé en 1865. Il est depuis peu en restauration pour les « 10-15 prochaines années » d’après notre guide. Ok… on reviendra donc ! Ce bâtiment comprenait le Sénat, la Chambre des Communes et la bibliothèque.

IMG_4444

D’autres bâtiments ont précédé l’actuel entre 1859 et 1866. Le bâtiment de l’Est est le seul d’origine encore visible de nos jours. La bibliothèque du bâtiment principal fut la seule pièce sauvée d’un incendie en 1916.

8F324EB7-F0C3-4793-AF68-6072B751FC89

Ha oui par contre, j’ai été très surprise d’entendre parler français de tous les côtés en arrivant à Ottawa. Après une immersion en partie anglophone depuis plusieurs mois (sauf mon séjour à SPM forcément (et encore haha)), c’est assez surprenant de voir qu’ici tout le monde quasi parle français. Même si au final c’est compréhensible vu qu’on est tout tout proche du Québec, mais l’Ontario reste en théorie une province anglophone. Donc j’alterne et ça ressemble un peu à n’importe quoi ; je demande en anglais, on me répond en français et vice versa. Mais l’essentiel c’est qu’on se comprenne !


Je suis retournée à Ottawa quelques jours plus tard avec Iona, une des volontaires de mon Workaway actuel. Nous avons passé la journée à nous balader, manger (direction le restaurant français pour l’occase), on a rencontré Léo aussi (un vendeur français trop cool dans une boutique de thé fancy). On a quand même pris le temps de participer à une des visites gratuites de la chambre des communes (l’équivalent de notre assemblée nationale)

IMG_4529IMG_4528

En se baladant dans le centre ville, on a refait la photo clichée devant les lettres géantes OTTAWA. A ce gros fou rire quand arrivant de l’autre côté Iona me sort « mais ils sont cons, ils ont oublié des lettres » vu qu’on les voyait à l’envers…

CB2AA057-82DB-447A-B3E3-7CDE74FADF31.jpg

Et ce deuxième fou rire quand au moment de faire un selfie et en voyant que les lettres étaient du coup à l’envers sur la photo je lui dis « mais meuf, ça va être à l’envers », d’où la perplexité dans mon regard…. Au final son téléphone a tourné tout seul la photo comme un grand.

d1649d92-234f-465f-a518-7be3f655b75c


Nous sommes retournés passer la journée à Ottawa le 1er juillet pour la fête nationale Canadienne. Cette fois c’est à 4 qu’on a débarqué ; Rafaela et Alex, deux autres volontaires de la ferme où je suis actuellement sont venus avec nous.

IMG_4598

La ville d’Ottawa était toute colorée en rouge et blanc, les couleurs du pays. 80% des gens étaient habillés comme ça, on aurait dit la féria de Bayonne ou de Dax.

70069EEF-1AA3-4426-96AC-BC060E9DF22E

Cette fête est un moment très important pour les Canadiens qui sont déjà d’ordinaire très très patriotes (y’a très souvent des drapeaux Canadiens hissés devant les maisons), mais alors ce jour là on a atteint des sommets.

IMG_4599

Il y avait de nombreux concerts (si on m’avait un jour que je verrai Corneille en concert au Canada en 2019, j’y aurai pas cru !) dans le parc Major Hill’s et sur la colline du Parlement. Dans le parc, il y avait plein de food truks, de vendeurs de limonade, de stands de danse, des stands de peinture pour les enfants, des spectacles. Tous les transports et musées de la ville étaient gratuits pour l’occasion.

IMG_4564.JPG5C94E6DB-8B4A-459E-8AC7-437A6DDB3791

Il y avait aussi de nombreux panneaux où on pouvait laisser des messages (ils adorent ça ici, j’en ai vu souvent dans les musées) sur des thèmes proposés, genre « qu’est ce que représente le Canada pour vous ? ».

IMG_4562IMG_4563

On a aussi eu la chance d’admirer le spectacle de l’armée de l’air Canadienne depuis les pelouses du Parlement.

F4FDFC41-912C-4A76-AE61-CF280B71E951CE0ADFC4-33B6-4053-91F6-6974041CE92A

Et pour finir cette belle journée ; un feu d’artifice !! (L’enfant qui sommeille en moi était aux anges). D’ailleurs, encore une différence avec les Français ; personne ne rappelle que ce sont leurs impôts qui payent ça (je suis sûre que tu vois très bien LE beauf Français du 14 juillet avec cette phrase légendaire) mais tout le monde lâche des « ho / wha / amazing / tabernacle k’sé cute ! ».

Encore une fois, beaucoup de chance d’être au Canada le jour de la fête nationale et en plus d’être à Ottawa, sa capitale, où apparemment cette journée est la plus animée.